AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Souvenir de la pensine

Aller en bas 
AuteurMessage
Albus Dumbledore
Administrateur fondateur
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 31
Date d'inscription : 05/09/2005

MessageSujet: Souvenir de la pensine   Mer 3 Jan - 9:02

- Dumbledore vient chercher Jedusor pour aller à Poudlard -


Les cheveux long et la barbe de Albus Dumbledore plus jeune avaient une couleur aubrun. Lorsqu'il fut arrivé de leur côté, il parcourrut le trotoir à grands pas, attirant de nombreux regards intrignés par son costume de velours couleur prune à la coupe flamboyante. Il franchit bientôt un portail de fer forgé pour arriver dans une cour nue d'un bâtiment carré, plutôt sinistre, entouré de hautes grilles.

Dumbledore monta quelques marches qui menaient à la porte d'entrée et frappa une fois. Au bout d'un moment, une fille d'apparence négligée, vêtue d'un tablier, vint lui ouvrir.

- Bonjour, j'ai rendez-vous avec une certaine Mrs Cole, qui est je crois, la directrice de cet établissement.

- Oh, dit la fille qui semblait perplexe devant la tenue exentrique de Dumbledore. Heu... un instant... MADAME COLE! cria-t-elle par-dessus son épaule.

Une voix lointaine lui répondit. La fille se tourna à nouveau vers Dumbledore.

- Entrez, elle arrive.

Il pénétra dans un hall au sol couvert de dalles noires et blanches. L'endroit paraissait miteux mais d'une propeté impreccable. Avant que la porte soit refermée, une femme décharnée, à l'air épuisé, s'approcha d'eux à petits pas précipités. Elle avait un visage anguleux, apparament plus anxieux que revêche, et parlait derrière elle à une autre fille en tablier.

- ... apportez la teinture d'iode à Martha là-haut, Billy Stubbs a gratté ses croûtes et Eric Whalley suppure de partout, il y en a plein les draps -la varicelle par-dessus le marché, dit-elle sans s'addresser à personne en particulier.

Son regard tomba alors sur Dumbledore et elle se figea sur place, l'air aussi stupéfaite que si une girafe venait de franchir la porte.

- Bonjour, dit Dumbledore en tendant la main.
Mrs Cole resta bouche bée.

- Je m'appèle Albus Dumbledore. Je vous ai envouyé une lettre pour solliciter un rendez-vous et vous m'avez très aimablement invité à venir vous voir aujourd'hui.

Mrs Cole cilla. Estimant finalement que Dumbledore n'était pas une hallucination, elle répondit d'une voix faible:

- Ah, oui, bien, bien, dans ce cas... venez avec moi. Oui, c'est ça.

Elle conduisit Dumbledore dans une petite pièce, moitié salon moitié bureau, aussi miteuse que le hall, avec de vieux meubles déparaillés. Elle l'invita à s'assoir sur une chaise branlante et s'instala elle-même derrière une table encombrée, en le dévisageant avec appréhention.

- Comme je vous l'expliquait dans ma lettre, je suis venu vous parler de Tom Jedusor et de ses dispositions à prendre pour son avenir, dit Dumbledore.

- Vous êtes de la famille? interrogea Mrs Cole.

- Non, je suis professeur. Je voudrais proposer à Tom une place dans mon école.

- Et quelle est cette école?

- Elle s'appèle Poudlard.

- Comment se fait-il que vous vous intéressiez à Tom?

- Nous pensons qu'il possède certaines qualités que nous recherchons.

- Vous voulez dire qu'il a obtenu une bourse? Comment serait-ce possible? Il n'en a jamais demandé.

- Son nom figure dans les registres de mon école depuis sa naissance.

- Qui l'a inscrit? Ses parents?

A ne pas en douter, Mrs Cole faisait preuve d'une vivacité d'esprit très malvenue. Visiblement, Dumbledore avait la même impression car il sortit sa baguette magique de la poche de son costume en velours et prit en même temps sur le bureau une feuille de papier parfaitement blanche.

- Tenez, dit-il.

Il donna un petit coup de baguette et tendit le morceau de papier à Mrs Cole.

- Je pense que cela suffira à vous éclaircir.

Le regard de la directrice se brouilla un peu puis se concentra à nouveau tandis qu'elle fixait avec attention le papier vierge.

- Voilà qui semble parfaitement en ordre, dit-elle d'un ton place en lui rendant la feuille.

Ses yeux se posèrent alors sur une bouteille de gin et deux verres qui n'était pas là quelques secondes plus tôt.

- Heu... puis-je vous offrir un gin? proposa-t-elle d'une voix des plus rafinées.

- Avec grand plaisir, répondit Dumbledore, ravi.

Il devint très vite évident que Mrs Cole n'était pas une novice en matière de gin. Après avoir versé dans chaque verre une dose généreuse, elle vida le sien d'un seul trait. Se léchant les lèvres sans retenue, elle sourit pour la première fois à Dumbledore qui n'hésita pas à pousser plus loin son avantage.

- Je me demandais si vous pourriez m'en dire plus sur l'histoire de Tom Jedusor? Je crois qu'il est né ici, dans cet orphelinat?

- C'est vrai, répondit Mrs Cole en se servant un autre verre de gin. Je m'en souviens comme si c'était hier car je venais moi-même de débuter ici. C'était la veille du Nouvel An, il faisait un froid terrible et il neigeait. Une soirée abominable. Là-dessus, une fille pas beaucoup plus âgée que moi monte les marches d'un pas vacillant. Oh, elle n'était pas la première. On s'est occupé d'elle et une heure plus tard, elle avait son bébé. Encore une heure et elle était morte.

Mrs Cole eut un hochement de tête impressionnant et but à nouveau une longue gorgée de gin.

- A-t-elle dit quelque chose avant de mourir? demanda Dumbledore. Quelque chose sur le père de l'enfant, par exemple?

- Oui, en effet, maintenant que j'y pense, répondit Mrs Cole qui semblait plutôt contente à présent avec son verre de gin et un visiteur avide d'entendre ce qu'elle avait à raconter.

- Je me souviens qu'elle m'a dit: "j'espère qu'il ressemblera à son papa", et pour parler franchement, elle avait raison de l'espérer parce qu'elle-même n'était pas une beauté... ensuite elle m'a dit qu'elle allait l'appeler Tom, comme son père, et Elvis, comme son père à elle... oui, je sais, c'est un drôle de nom, n'est-ce pas? On s'est demandé si elle ne travaillait pas dans un cirque... Elle a dit aussi que le nom de famille de l'enfant était Jedusor. Et puis elle est morte un peu plus tard sans ajouter un mot. Alors on a appelé l'enfant comme elle l'avait souhaité, puisque ça semblait si important pour cette pauvre fille, mais aucun Tom, aucun Elvis, aucun Jedusor n'est jamais venu le voir, ni aucun autre membre de la famille. On l'a donc gardé à l'orphelinat et il y est toujours resté.

Mrs Cole, presque machinalement, remplit à nouveau son verre d'une solide mesure de gin. Deux taches roses étaient apparues en haut de ses pommettes. Puis elle reprit:

- C'est un drôle de garçon.

- Oui, dit Dumbledore. Je m'y attendais un peu.

- C'était un drôle de bébé aussi. Il ne pleurait presque jamais. Et quand il a un peu grandi, il est devenu... bizarre.

- Bizarre en quel sens? interrogea Dumbledore avec douceur.

- Eh bien il...

Mrs Cole s'interrompit et il n'y avait rien de flou ni de vague dans le regard inquisiteur qu'elle lui lança par-dessus son verre de gin.

- Il est définitivement inscrit dans votre école, dites vous?

- Définitivement, assura Dumbledore.

- Et rien de ce que je pourrais vous raconter n'y changera quoique ce soit?

- Rien, répondit Dumbledore.

- Vous l'emmenez avec vous quoi qu'il arrive?

- Quoi qu'il arrive, répéta Dumbledore avec un ton grave.

Elle l'observa avec attention, semblant se demander si elle pouvait ou non aoir confiance en lui. Apparement, elle estima qu'elle pouvait car elle dit soudain d'une voix précipitée:

- Il fait peur aux autres enfants.

- Vous voulez dire qu'il les brutalise? demanda Dumbledore.

- Je pense que oui, répondit Mrs Cole, les sourcils légèrement froncés. Mais il est très difficile de le prendre sur le fait. Il y a eu des incidents... des choses très désagréables...

Dumbledore ne la pressa pas d'en dire davantage mais il était évident qu'il était intéressé. Elle but une nouvelle gorgée de gin et ses joues prirent une teinte un peu plus foncée.

- Le lapin de Billy Stubbs... Tom a affirmé que ce n'était pas lui et je ne vois pas comment il aurait pu faire ça, mais quand même, il ne se serait pas pendu tout seul à une poutre du toit?

- Je ne pense pas, dit Dumbledore à voix basse.

- Comment il s'y est prit pour monter là-haut, je n'en sais fichtre rien. Tout ce que je peux dire, c'est que Billy et lui s'était disputé la veille. Et puis (Mrs Cole but une autre gorgée de gin qu'elle renversa en partie sur son menton), en revenant de notre excursion d'été -une fois par an, on les emmène à la campagne ou au bord de la mer-, Amy Benson et Denis Bishop n'ont plus jamais été les mêmes. Tout ce qu'on a pu tirer d'eux, c'est qu'ils sont allés dans une grotte avec Tom Jedusor. Il a juré qu'ils y étaient simplement entrés pour voir mais je suis sûre qu'il s'est passé quelque chose, là-dedans. Et il y a eu bien d'autres histoires, de drôles d'histoires.

Elle leva à nouveau la tête vers Dumbledore et malgré la rougeur de ses joues, elle avait le regard assuré.

- Je crois qu'il ne se trouvera pas beaucoup de gens pour le regretter.

- Vous comprenez bien, je pense, que nous ne le garderons pas à l'école tout au long de l'année? dit Dumbledore. Il faudra qu'il revienne ici au moins chaque été.

- Ca vaut mieux que de prendre un coup de tisonnier sur le crâne, répondit Mrs Cole avec un léger hoquet.

Elle se leva, se tenant fermement debout alors que la bouteille de gin soit aux deux tiers vide.

- J'imagine que vous avez envie de le voir?

- Oui j'aimerais beaucoup, assura Dumbledore en se levant à son tour.

Ils sortirent du bureau et elle le conduisit dans les étages distribuant instructions et remontrances à ses aides et aux enfants qu'elle croisait. Les orphelins portaient tous la même tunique grisâtre. Ils paraissaient raisonnablement bien traités mais ce n'était pas l'endroit le plus joyeux pour passer sa jeunesse.

- Voilà c'est ici, dit Mrs Cole.

Ils s'arrêtèrent au deuxième étage, devant la première porte d'un long couloir. Elle frappa deux fois et entra.

- Tom? Tu as de la visite. Voici Mr Dumberton -pardon, Dumbledore. Il est venu te dire... enfin, il vaut mieux qu'il t'explique ça lui-même.


Dernière édition par le Mer 3 Jan - 9:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lourdpasse.forumactif.fr/
Albus Dumbledore
Administrateur fondateur
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 31
Date d'inscription : 05/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir de la pensine   Mer 3 Jan - 9:03

Dumbledore entra dans la pièce tandis que Mrs Cole refermait la porte derrière eux. C'était une petite chambre nue qui ne comportait qu'une vieille armoire, une chaise en bois et un lit en fer. Un garçon était assis sur les couvertures grises, les jambes étendues devant lui, tenant un livre à la main.

Le visage de Tom ne possédait aucun trait disgracieux. Le dernier voeu de sa mère avait été exaucé: c'était le portrait miniature de son bel homme de père. Le teint pâle et les cheveux bruns, il était grand pour un garçon de onze ans. Ses yeux se plissèrent légèrement lorsqu'il vit la tenue exantrique de Dumbledore. Il y eut un moment de silence.

- Comment vas-tu, Tom? demanda Dumbledore en s'approchant la main tendue.

Le garçon hésita puis lui serra la main. Dumbledore tira l'unique chaise en bois dur qui se trouvait dans la pièce et s'assit à côté de lui. Ils avaient l'air à présent d'un malade et d'un visiteur dans un hôpital.

- Je suis le professeur Dumbledore.

- Professeur? répéta Jedusor.

Il paraissait méfiant.

- C'est un peu comme docteur, non? Qu'est-ce que vous êtes venu faire ici? C'est elle qui vous a amené pour m'examiner?

Il montra du doigt la porte par laquelle Mrs Cole venait de sortir.

- Non, non, répondit Dumbledore avec un sourire.

- Je ne vous croit pas, répliqua Jedusor. Elle veut qu'on m'examine, c'est ça? Dites la vérité.

Il prononça ces trois derniers mots d'un ton claironnant qui avait presque quelque chose de choquant. C'était un ordre qu'il semblait avoir souvent donné auparavant. Ses yeux s'étaient écarquillés et, de son regard noir, il fixait Dumbledore qui ne réagit pas, continuant simplement de sourire aimablement. Quelques secondes plus tard, Jedusor cessa de l'observer mais parut encore plus méfiant.

- Qui êtes vous?

- Je te l'ai dit. Je suis le professeur Dumbledore et je travaille dans une école qui s'appèle Poudlard. Je suis venu te proposer une place dans cette école -ta nouvelle école si tu accepte de venir.

Jedusor eut une réaction des plus surprenantes. Il sauta sur son lit et recula le plus loin possible de Dumbledore, l'air furieux.

- N'essayez pas de me raconter des histoires! L'asile, c'est là que vous venez n'est-ce pas? Professeur, oui, bien sûr -eh bien je n'irais pas, compris? C'est cette vieille pie qui devrait y être à l'asile. Je n'ai jamais rien fait à la petite Amy Benson ou à Denniis Bishop, vous pouvez le leur demander, ils vous le confirmeront!

- Je ne viens pas de l'asile, dit Dumbledore avec patience. Je suis un enseignant et si tu veux bien t'assoir calmement, je te parlerais de Poudlard. Mais bien sûr, si tu préfères ne pas y aller, personne ne t'y forcera...

- Ils n'ont qu'à essayer de m'y envoyer, ils verront bien, lança Jedusor d'un ton railleur.

- Poudlard, continua Dumbledore comme s'il n'avait pas entendu, est une école réservée à des élèves qui ont des dispositions particulières.

- Je ne suis pas fou!

- Je sais bien que tu n'es pas fou. Poudlard n'est pas une école pour fous. C'est une école de magie.

Il y eut un silence. Jedusor s'était figé, le visage sans expression mais son regard se fixait alternativement sur chacun des yeux de Dumbledore, comme s'il essayait de déceler le mensonge dans l'un d'eux.

- De la magie? répéta-t-il dans un murmure.

- Exactement, dit Dumbledore.

- C'est... c'est de la magie ce que j'arrive à faire?

- Qu'est-ce que tu arrive à faire?

- Toutes sortes de choses, répondit Jedusor dans un souffle.

Sous le coup de l'excitation, une rougeur monta de son cou vers ses joues creuses. Il paraissait fébrile.

- J'arrive à déplacer les objets sans les toucher. Les animaux font ce que je veux sans que j'aie besoin de les dresser. Je peux attirer des ennuis aux gens qui me déplaisent. Leur faire du mal, si j'ai envie.

Ses jambes tremblaient. Il s'avança d'un pas vacillant et se rassit sur le lit, regardant ses mains, la tête baissée comme s'il priait.

- Je savais que j'étais différent des autres, murmura-t-il, les yeux fixés sur ses doigts frémissants. Je savais que j'étais exceptionnel. J'ai toujours su qu'il y avait quelque chose de spécial en moi.

- Eh bien, tu avais raison, dit Dumbledore, qui ne souriait plus mais observait intensément Jedusor. Tu es un sorcier.

Jedusor releva la tête. Son visage était transfiguré: on y lisait un bonheur effréné qui n'ajoutait rien à sa beauté pour autant. Au contraire, ses traits finement dessinés semblaient à présent plus grossiers, son expresion plus bestiale.

- Vous aussi vous êtes sorcier?

- Oui.

- Prouvez le, exigea Jedusor, du même ton impérieux que lorsqu'il avait lancé: 'Dites la vérité.'

Dumbledore haussa un sourcils.

- Si, comme je le crois, tu acceptes de prendre ta place à Poudlard...

- Bien sûr que j'accepte!

- Tu devras m'appeler professeur, ou monsieur.

Le visage de Jedusor se durcit très fugitivement puis d'une voix polie qu'on ne reconnaissait pas, il répondit:

- Je suis désolé, monsieur... S'il vous plait, professeur, pourriez vous me montrer...

Dumbledore aurait pu refuser, répondre à Jedusor qu'ils auraient tout le temps à Poudlard de se livrer à de telles démonstrations, que pour l'instant, ils étaient dans une maison pleine de Moldus et devaient donc se montrer prudent. Mais il sortit sa baguette magique d'une poche intérieure de sa veste, la pointa vers l'armoire minable qui se trouvait dans un coin et donna une petite secousse d'un geste désinvolte.
Aussitôt l'armoire prit feu.

Jedusor se leva d'un bon. Au lieu de se mettre en rage et d'hurler d'indignation car tout ce qu'il possédait devait se trouver là, il avança le regard noir vers Dumbledore, mais au moment où il s'approcha, les flammes s'évanouirent, laissant l'armoire intacte.

Jedusor regarda successivement l'amoire puis Dumbledore. Avec une expression avide, il montra alors la baguette magique.

- Où est-ce que je peux en avoir une comme ça?

- On verra en temps utile, répondit Dumbledore. Pour l'instant je crois que quelque chose essaie de sortir de ton armoire.

En effet, un faible grattement s'en échappait. Pour la première fois, Jedusor parut effrayé.

- Ouvre la porte, dit Dumbledore.

Jedusor hésita puis il traversa la porte et ouvrit brusquement la porte de l'armoire. Sur la plus haute étagère, au-dessus d'une tringle à laquelle étaient suspendus des vêtements usés jusqu'à la corde, une petite boîte en carton tremblait et bruissait comme si des souris enfermées à l'intérieur essayaient frénétiquement de s'en échapper.

- Sors-la de l'armoire.

L'air décontenancé, Jedusor prit la boîte qui continua de trembloter entre ses mains.

- Y-a-t-il dans cette boîte des choses qui ne devraient pas être en ta possession? demanda Dumbledore.

Jedusor lui jetta un long regard, clair et calculateur.

- Oui, c'est possible, monsieur, dit-il enfin, d'une voix neutre.

- Ouvre la, ordonna Dumbledore.

Jedusor ôta le couvercle et vida sur le lit le contenu de la boîte sans même y jetter un coup d'oeil. Un bric à brac de petits objets se répendit parmi lesquels un yo-yo, un dé à coudre en argent et un armonica terni. Dès qu'ils furent libérés de la boîtes, les objets cessèrent de trembler et restèrent parfaitement immobiles sur les couvertures.

- Tu les rendras à leur propriétaires avec tes excuses, dit Dumbledore d'une voix calme en rangeant sa baguette dans la poche de sa veste. Je saurais si tu l'as fait ou pas. Et tu dois être prévenu, le vol n'est pas toléré à Poudlard.

Jedusor ne fut pas gêné le moind du monde. Il continua d'évaluer Dumbledore d'un regard froid. Enfin, il dit d'une voix sans timbre:

- Bien, monsieur.

- A Poudlard, poursuivit Dumbledore, on apprend non seulement à se servir de la magie mais à la contrôler. Tu as -par inadvertance, j'en suis sûr- fait usage de tes pouvoirs d'une manière qui n'est ni enseignée, ni acceptée dans notre école. Tu n'es pas le premier, et tu ne seras pas le dernier, à te laisser emporter par tes dons de sorcier. Mais tu dois savoir que Poudlard peut très bien exclure des élèves et que le ministère de la magie -oui, il existe un ministère- punit encore plus sévèrement ceux qui violent la loi. Tous les nouveaux sorciers doivent accepter, lorsqu'ils entrent dans notre monde, de se soumettre à ces lois.

- Oui, monsieur, répéta Jedusor.

Il était impossible de deviner ce qu'il pensait. Son visage était dénué d'expression pendant qu'il remettait dans la boîte en carton son petit butin d'objets volés. Quand il eut terminé, il se tourna vers Dumbledore et dit sans détour:

- Je n'ai pas du tout d'argent.

- On peut aisément y remédier, assura Dumbledore en sortant de sa poche une bourse en cuir. Il y a un fonds à Poudlard spécialement destiné à ceux qui ont besoin d'assistance pour se procurer des livres et des robes de sorciers. Tu devras sans doute acheter certains de tes grimoires d'occasion mais...

- Où achète-t-on des grimoire? interrompit Jedusor qui avait pris la bouse bien garnie sans remercier Dumbledore et examinait à présent un gros Gallion d'or.

- Sur le chemin de Traverse, répondit Dumbledore. J'ai sur moi la liste de tes livres et de tes fournitures scolaires. Je peux t'aider à trouver tout ce qu'il te faut...

- Vous allez venir avec moi? demanda Jedusor en levant les yeux.

- Certainement, si tu...

- Je n'ai pas besoin de vous, coupa Jedusor. J'ai l'habitude de faire les choses moi-même. Je me promène tout le temps dans Londre's. Comment s'y prend-on pour aller sur ce Chemin de Traverse? ajouta-t-il en croisant le regard de Dumbledore.

Dumbledore n'insista pas pour l'accompagner, il tendit une enveloppe à Jedusor. Elle contenait la liste et après lui avoir expliqué exactement comment se rendre au Chaudron Baveur depuis l'orphelinat, Dumbledore précisa:

- Tu le verras alors que les Moldus autour de toi -les gens qui n'ont pas de pouvoirs magiques- ne remarqueront rien du tout. Tu demanderas Tom le barman -c'est facile à retenir, il a le même prénom que toi.
Jedusor eut un mouvement d'impatience, comme s'il essayait de chasser une mouche qui l'importunait.

- Tu n'aime pas ce prénom de Tom?

- Il y a beaucoup de Tom, marmona Jedusor.

Puis incapable de réprimer l'envie de poser la question, comme si elle surgissait malgré lui, il demanda:

- Est-ce que mon père était sorcier? On m'a dit qu'il s'appelait lui aussi Tom Jedusor.

- J'ai bien peur de ne pas le savoir, répondit Dumbledore d'une voix douce.

- Ma mère n'avait sûrement pas de pouvoirs magiques, sinon elle serait pas morte, dit Jedusor, plus à lui-même qu'à Dumbledore. C'est sans doute lui, le sorcier. Et une fois que j'aurais acheté mes affaires, quand est-ce que j'irais à Poudlard?

- Tous les détails sont indiqués sur le deuxième parchemin de ton enveloppe, dit Dumbledore. Tu partiras de la gare de King's Cross le 1er septembre. Il y a aussi un billet de train.

Jedusor acquiessa d'un signe de tête. Dumbledore se leva et tendit à nouveau la main. En la serrant, Jedusor dit:

- Je sais parler aux serpents. Je m'en suis apperçu quand nous sommes allés en excursion à la campagne. Ils viennent me voir et ils me murmurent des choses. C'est normal pour un sorcier?

Jedusor avait attendu ce moment pour mentionner ce très étrange pouvoir, décidé à impressionner son interlocuteur.

- C'est inhabituel, répondit Dumbledore après un moment d'hésitation, mais ça s'est déjà vu.

Il avait parlé d'un ton dégagé mais ses yeux détaillent le visage de Jedusor d'une étrange manière. L'homme et le jeune garçon restèrent un moment face à face, se regardant fixement. Puis leur mains se séparèrent. Dumbledore s'avança vers la porte.

- Au revoir, Tom. Je te reverrais à Poudlard.

- Extrait de Harry Potter et le Prince de Sang Mêlé -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lourdpasse.forumactif.fr/
 
Souvenir de la pensine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Souvenir d'Haiti
» Aux yeux du souvenir...
» quelques imageries pour ce souvenir......
» Souvenir,tristesse et espoir
» A la recherche du souvenir perdu, ou quand ce n'est plus un trou de mémoire, mais carrément le grand canyon ! [Adélaïde... et autres ?]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
۞ HoOogwarts ۞ Born to Darkness :: Ligne de Vie :: PENSINE-
Sauter vers: